– Sciences et recherches participatives au sein de l’ASU –

Laure TURCATI (SU), Alexandra VILLARROEL-PARADA (MnHN), Aurélia DESPLAIN (MnHN) Les sciences et recherches participatives à l’Alliance Sorbonne Université : présentation de 2 réseaux et de 2 projets

• Séminaire TechnicoTop 2023-2024 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie •

→ vendredi 2 février 2024    Les Sciences participatives et collaboratives

Définies comme des formes de productions de connaissances auxquelles s’associent aux côtés des chercheur·es des personnes dont la recherche n’est pas le métier, les sciences et recherches participatives sont aussi vues comme une forme renouvelée des relations sciences-sociétés.

La séance sera l’occasion de détailler la diversité et les particularités de ces formes de recherches. Une institutionnalisation récente des sciences et recherches participatives (SRP) a conduit, entre-autres, à l’émergence de plusieurs réseaux métiers permettant aux porteurs et porteuses de projet d’échanger sur leurs pratiques et de trouver des ressources pour déployer leurs projets. Nous présenterons deux de ces réseaux dans lesquels nous sommes impliquées : Science Ensemble qui rassemble l’ensemble des projets de SRP de l’Alliance Sorbonne Université et Particip-Arc qui concerne les projets dans les domaines de la culture.

Pour finir, cette séance permettra de présenter deux projets de sciences et recherches participatives : PartiCitaE et Histoires de nature.

  • PartiCitaE est un observatoire participatif de l’environnement urbain. Au-delà de la production de nouvelles connaissances scientifiques globales et partagées sur l’environnement urbain, ses objectifs sont de permettre à un public le plus large possible de s’approprier les enjeux de l’environnement et de la transition écologique au travers de la participation active à des projets de recherche sur l’environnement urbain.

  • Histoires de nature est une collection numérique participative expérimentale sur les perceptions des changements environnementaux. De nombreux outils numériques renouvellent les modalités de recherche en sciences humaines et sociales, tant dans la collecte de données que dans leur traitement et leur analyse. Nous discuterons ici des questions que l’utilisation du numérique soulève dans ce programme de science participative.

Laure Turcati (CIRST / UQAM) est écologue de formation, titulaire d’un doctorat en écologie de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris). Elle coordonne et anime des programmes de sciences participatives dans le domaine de l’environnement depuis une quinzaine d’année. Ces collaborations de longue date avec des publics divers, naturalistes, enseignant·es et leurs élèves, gestionnaires d’espaces verts, riverain·es et usager·es de milieu urbain, éleveur·ses de rennes, amateur·rices de nature, l’ont conduite à interroger ses propres pratiques vis-à-vis de cette méthode de recherche et les impacts de celles-ci sur les volontaires et ses collègues chercheur·es. Ses récents travaux de recherche explorent ces interrogations à travers des collaborations en SHS et STS.

Alexandra Villarroel-Parada (MnHN) est ingénieure en agriculture. Elle a travaillé pendant 15 ans dans des associations de développement agricole et rural, au sein desquelles elle a porté des projets et structuré des réseaux d’acteurs autour des enjeux d’installation en agriculture, de circuits courts de commercialisation, ou encore de concertation territoriale. Elle a contribué aux travaux de l’association Comédie, qui promeut les démarches de concertation et médiation en environnement.
Depuis quatre ans, elle coordonne, au sein du Muséum national d’histoire naturelle, trois réseaux d’acteurs autour des sciences et recherches participatives – au sein même du Muséum (Vigie-Muséum), de l’Alliance Sorbonne Université (Science Ensemble), et dans les domaines de la culture (Particip-Arc). Elle contribue ainsi, par l’échange d’expériences, la capitalisation et l’analyse réflexive, à la montée en compétence des porteurs de projet et à faire connaître – et reconnaitre – ces démarches de recherche.

Aurélia  DESPLAIN (MnHN / Umr CESCO) est anthropologue de formation, titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale – ethnologie de l’Université de Bordeaux.

Elle a rejoint le Muséum en 2022 pour la coordination d’Histoires de nature après avoir travaillé sur la Chine contemporaine, où elle a étudié notamment des initiatives de commerce équitable. Plus récemment, elle a travaillé sur des archives rassemblées par un collectif de résidentes et résidents d’une grande ville de Chine. Ce collectif, face aux destructions rapides des bâtiments anciens au profit de projets d’urbanisation, a écrit une histoire amateur du patrimoine architectural en collectant d’anciennes photos, cartes postales, cartes géographiques, témoignages oraux… Ces citoyens et citoyennes ont construit des savoirs ensemble, autour de questions ayant de forts enjeux politiques et sociaux… Ceci l’a amenée vers Histoires de nature, passionnée qu’elle est de découvrir comment les gens voient et vivent les changements environnementaux, en témoignent à partir d’une photo, d’un extrait de livre, d’un fragment de chanson, d’un objet, et partagent leurs savoirs avec d’autres personnes pour contribuer à écrire une histoire vécue et sensible de l’environnement.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fabienne Dugast (2 février 2024). – Sciences et recherches participatives au sein de l’ASU –. Techniques au Top. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqbp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.