– Réseaux planaires historiques

Julie GRAVIER  (post-doc ANR SoDUCo, EHESS, Umr 8557 CAMS / Umr 8558 CRH) – Réseaux planaires historiques : graphes et événements sur réseau

• Séminaire TechnicoTop 2023-2024 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie •

→ vendredi 1er décembre  2023    |  SIG, géomatique et gestion de bases de données relationnelles (PostGreSQL, PostGis…)

Après un rapide tour d’horizon des approches actuelles en analyse de réseaux spatiaux en archéologie, la présentation sera découpée en trois temps principaux, chacun étant lié à une étude de cas mobilisant des sources variés (archéologique de prospection, textuelle, cartographique et d’imagerie). Nous présenterons en quoi les analyses de l’occupation de l’espace et de ses changements à des échelles intra-sites bénéficient des approches par graphe et par « événement » sur réseau. Nous montrerons en particulier que ces dernières peuvent être mises en place pour répondre à des questions de recherche variées, en l’occurrence ici : la croissance d’une oasis en Arabie Saoudite et l’émergence de la saisonnalité de l’habitat ; la dynamiquemorphologique des tâches urbaines de villes du nord de la France ; les dynamiques de concentration/dispersion d’activités économiques dans Paris. Pour chaque étude de cas, nous expliquerons les enjeux soulevés par l’incomplétude spatiale et/ou temporelle des sources, et les choix réalisés pour reconstituer – malgré tout – les réseaux planaires et les autres objets géographiques constitutifs des espaces analysés. Les aspects méthodologiques relatifs au tour d’horizon et aux différents cas seront également approfondis. Ils reposent d’un point de vue technique sur l’utilisation du langage R, questionnant ainsi leurs conditions d’appropriation.

Julie Gravier est post-doctorante au sein de l’ANR SoDUCo. Elle s’intéresse aux dynamiques de durabilité des peuplements en système à travers deux questions principales : comment les populations interagissent les unes avec les autres au fil du temps et comment les institutions politiques et leurs acteurs façonnent les relations sociales et dans quelle mesure cela influence-t-il l’organisation matérielle de l’espace dans la longue durée. Pour y répondre, elle étudie des systèmes de peuplement à différentes périodes chronologiques et dans différents endroits du monde, principalement à des échelles locales à régionales. Actuellement, elle travaille avec Marc Barthelemy sur la co-évolution de diverses activités dans Paris au fil du 19e s. Elle a soutenu une thèse en 2018 en Géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et UMR Géographie-cités : Deux mille ans d’une ville en système. Proposition d’une démarche appliquée au cas de Noyon, sous la direction de Lena Sanders et Nicolas Verdier.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fabienne Dugast (1 décembre 2023). – Réseaux planaires historiques. Techniques au Top. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uoaz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.