– Les bases de données relationnelles et spatiales

Caroline FONT (Inrap) – Les bases de données relationnelles et spatiales ou comment se débarrasser d’Excel dans l’enregistrement archéologique

• Séminaire TechnicoTop 2023-2024 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie •

→ vendredi 1er décembre 2023    |  SIG, géomatique et gestion de bases de données relationnelles (PostGreSQL, PostGis…)

Au sein d’une équipe en archéologie, de nombreuses compétences sont développées afin d’exploiter les données à leur plein potentiel. La connaissance et l’exploitation des Systèmes d’Information Géographique (SIG) tendent à s’accentuer dans les équipes, nécessitant parfois l’intervention de spécialistes en SIG (archéomaticien·nes) lorsque les problématiques d’analyses et spatiales se complexifient. Cette communication sera l’occasion de vous présenter des cas concrets de questions précises d’archéologues et de spécialistes qui ont engendré l’intervention d’archéomaticien·nes et les conséquences sur le remaniement des données initiales pour répondre à ces questions.

→ Caroline Font est archéologue, archéomaticienne (formation), assistante d’étude et d’opération en poste à l’Inrap depuis 2008. Référente SIG et formatrice sur le logiciel QGIS à l’Inrap, elle est également membre associée à l’UMR 7269 Lampea. Elle est à ce titre associée en tant qu’archéomaticienne à plusieurs projets de recherche pour la mise en place et l’analyse de bases de données relationnelles et spatiales dédiées – dont Palé’Hauts (resp. E. Goval), ValEuRT (resp. F. Dugast), Cosquer (resp. C. Montoya), Antarec (resp. M.-P. Chambon). Elle collabore également à un projet en recherche et développement d’une base de données sur la nécropole des Mastraits avec le collectif Ramen (Recherche archéologique en modélisation de l’enregistrement numérique) (resp. C. Seng).


Citer ce billet
Fabienne Dugast (2023, 1 décembre). – Les bases de données relationnelles et spatiales. Techniques au Top. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uoay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.