– Méthodologie pour un corpus des mosaïques –

Marie-Patricia RAYNAUD [Umr O&M]
Méthodologie pour un corpus des mosaïques. L’exemple de l’Albanie

• Séminaire TechnicoTop 2021-2022 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie •

→ vendredi 13 mai  2022  14h  |
Archéologie de l’architecture et de son décor : méthodes de documentation

Maison de la Recherche, rue Serpente (Paris 6e) – salle D513

_________________________________________

Les travaux spécifiques pour la documentation d’un corpus de mosaïques se font principalement sur le terrain ou en musée, et en archives.

La convention mise en place pour le corpus des mosaïques d’Albanie impose pour chaque mosaïque conservée in situ un certain nombre d’interventions : dépose de la protection, nettoyage et conservation des pavements sous la direction de restaurateurs de mosaïques, relevé de l’architecture et des mosaïques ; photographies, étude sur place et prélèvement en vue d’études archéométriques, puis protection nouvelle de la mosaïque.

Les missions du Corpus, ne disposant pas d’un budget important, sont composées d’une équipe réduite, active sur le terrain pendant un temps restreint, avec un matériel minimum.

Le relatif petit format des mosaïques n’exigeant pas de travailler au distance-mètre, nous réalisons les relevés d’architecture grâce aux principes simples de la triangulation de points topographiques, faciles d’utilisation en toutes occasions. Un matériel photographique adapté permet des photographies au drone ou à la perche, des photos de détail et des macro et micro-photographies. Les photos orthogonales sont au retour calées sur les points topographiques et un dessin au trait peut alors être rapidement réalisé sur cette base, les minutes et les notes de terrain. Le résultat graphique permet de restituer les décors lacunaires et de préciser de nombreuses caractéristiques archéologiques du pavement – telles les phases des murs et des sols, la présence de revêtement mural, la liaison aux structures existantes, les restaurations antiques ou modernes… Des prélèvements de tesselles autorisent l’identification physique des matériaux et parfois des recherches archéométriques plus poussées. Les restaurations visent le maintien et l’amélioration de l’état de conservation in situ généralement en l’absence de toute structure pérenne : la pratique de solins de protection sur les lisières des mosaïques, la dépose et repose de certains fragments, le refixage des parties désolidarisées du support, et surtout la mise en place d’une protection adaptée à chaque cas.

La méthode peu à peu mise au point est désormais rodée et rapide. Tous les participants sont successivement formés à ces diverses taches, afin d’acquérir une réelle autonomie.

L’apport des documents d’archives est important, notamment concernant des mosaïques disparues. Leur interprétation et une éventuelle restitution les sauve d’un oubli certain. Cette documentation, la plus complète possible, sera le socle de la recherche menée ensuite en bibliothèque et au laboratoire en vue de l’objectif final, la publication d’un inventaire du patrimoine, jusque-là inexistant, le plus exhaustif et complet possible.

Photos prises avant et après relevés et restauration (© Didier Dubois)

2- Phase d’architecture (M.-P. Raynaud, Astrid Maréchaux)

3- Phases et restaurations des mosaïques (M.-P. Raynaud, Astrid Maréchaux)

 

4- Schéma de lecture et restitution (M.-P. Raynaud

 

Marie-Patricia Raynaud est ingénieur, archéologue et spécialiste de la mosaïque. Recrutée au sein du Centre de recherche sur la Mosaïque H. Stern (ENS) en temps que dessinatrice et photographe, elle a intégré, depuis 2005, l’Umr 8167 Orient & Méditerranée comme spécialiste de la mosaïque au sein de l’équipe Monde Byzantin. Elle a participé, en tant que spécialiste de l’étude des mosaïques,  à différents chantiers de fouilles en Tunisie (Carthage, Jbel Oust, Acholla,Haidra), au Maroc (Lixus), en Turquie (Xanthos), en Syrie (Qalaat Seman), en Albanie (Byllis, Saranda, Elbasan), en Serbie (Caricin Grad), en France (Saint-Emilion, Séviac), dont elle a assuré la publication. Elle a également publié des ouvrages et corpus dédiés à la mosaïque – dont les recueils des mosaïques de la Gaule et de Tunisie ; les volumes 1 (2008) et 2 (2012) du corpus de mosaïques de Turquie (Xanthos), ainsi que le volume 1 sur Butrint (2018) et le volume 2 sur la via Egnatia (en préparation) en Albanie ;  ou encore le  volume 1 (2018) du Corpus des peintures murales byzantines : Filippo di Fragalla (Sicile). Elle a également participé à la publication de monographies archéologiques (Byllis,  Skodra, Carthage, Saranda, Xanthos, Jaouzé et Qalaat-Seman) ; ou encore à des volumes spécialisés, comme l’élaboration d’un lexique en cinq langues pour l’étude et la description des mosaïques (Décor de la Mosaïque romaine, vol. 1 – 1985 et 2 – 2001). Elle est membre du comité scientifique de la revue Journal of Mosaic Research et codirige depuis 2013 le Projet Corpus des mosaïques d’Albanie, avec A. Islami (restaurateur de mosaïques à Tirana). Dans ce cadre, elle assure la formation d’étudiants à l’occasion de chantiers annuels sur le terrain et la publication de cet inventaire du patrimoine.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fabienne Dugast (13 mai 2022). – Méthodologie pour un corpus des mosaïques –. Techniques au Top. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uo9h


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.